Centre de gestion des déchets spéciaux et spéciaux dangereux

Le Leader en Algérie dans la Collecte et le Traitement des déchets hospitaliers

Le traitement des DASRI : un maillon essentiel dans la lutte contre le Covid-19

 

 

En cette période de pandémie, le traitement des déchets médicaux, aussi appelés DASRI (Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux), représente plus que jamais un enjeu majeur de santé et de salubrité publiques. Alors que les déchets produits par les hôpitaux connaissent une forte hausse dans les territoires les plus touchés par le virus, il est essentiel de pouvoir les traiter dans les meilleures conditions sanitaires et de sécurité.

NCC environnement a développé une expertise spécifique dans ce domaine et ses équipes sont depuis plusieurs semaines fortement engagées sur ce front de la lutte contre le Covid-19.

 

 

Pour éviter tout risque pour la santé publique, les DASRI, comprenant en ce moment d’importants volumes de déchets infectés par le coronavirus comme les masques, les blouses de protection et tous les textiles sanitaires (compresses…), doivent être traités par voie thermique. Ils sont incinérés dans des fours d’unités agrées à une température de combustion située entre 1000 et 1100 °c. Cette solution par incinération permet d’éliminer efficacement tous les agents infectieux (bactéries, virus).


NCC Environnement exploite en Algérie 4 Unités équipées d’une filière capable de recevoir et de traiter les DASRI, pour un volume global de 10 000 tonnes par an.

 

Une hausse de 30 à 40% des DASRI dans les régions les plus touchées par le Covid-19

 

En cette période de crise sanitaire, les équipes de NCC environnement sont pleinement mobilisées pour assurer la continuité de service du traitement des déchets et notamment des DASRI, ainsi que la protection de ses collaborateurs. Toutes les Unités exploitées par NCC Environnement, dont les 4 qui traitent les DASRI, font l’objet depuis le 16 mars de plans de continuité d’activité (PCA). Ces mesures sont régulièrement adaptées, en fonction de la situation réelle de chaque site (absentéisme, arrêt travaux, volume d’activité…), de la situation sanitaire du territoire et de son besoin. Elles complètent la mise en place des gestes barrières et des mesures de prévention et d’hygiène qui sont scrupuleusement respectés. Ainsi, pour faire face à une forte hausse des volumes de déchets médicaux à traiter, de l’ordre de 30 à 40% à Alger et ces environs, et dans les grandes villes du pays, les régions les plus touchées par le coronavirus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un traitement sous haute surveillance

 

Les DASRI font l’objet d’une prise en charge, d’un suivi et d’une traçabilité règlementés qui garantissent leur gestion dans les plus hautes conditions de sécurité. Les déchets sont livrés sur les usines de traitement par des entreprises spécialisées. Afin de protéger les agents de tout risque infectieux, les DASRI sont stockés dans des contenants normés identifiés par une couleur jaune (sacs, caisses, fûts…), et isolés grâce à un sur-conditionnement dans des chariots. Les Unités qui prennent en charge les DASRI sont équipées de systèmes de pesage et d’identification de chaque chariot (GRV) qui est tracé pour assurer son suivi et son traitement dans un délai règlementaire maximum de 72h.
Le chariot est conduit vers une chaîne de traitement dédiée par un opérateur NCC doté d’EPI (équipements de protection individuelle) adaptés aux tâches à réaliser. Le chariot est alors élevé au niveau de la trémie d’alimentation du four ou du Banaliseur. Il peut être déversé directement par la chaîne dans la trémie grâce à un système automatisé,  ou être déversé dans une nacelle intermédiaire avant d’atteindre la trémie du four ou du Banaliseur. Une fois le chariot DASRI vidé, il est acheminé vers une cabine de lavage pour y être minutieusement nettoyé et désinfecté. Les chariots propres et désinfectés sont stockés dans une zone dédiée du site en attente du transporteur pour être récupérés et réutilisés.

Les Unités gérés par NCC environnement qui intègrent une filière DASRI sont soumises à des contrôles renforcés pour vérifier la qualité de leur combustion. La capacité de traitement des DASRI d’une UVE est fixée par l’arrêté préfectoral du site ; elle doit représenter une petite part de la capacité globale de l’UVE, en complément des déchets ménagers non recyclables qui y sont traités.
 
 

 

Générateur de déchets médicaux , Hopitaux, Cliniques , Cabinets ou Laboratoires

 

Faites appelle au Leader Algérien en Matière de Collecte, Transport et Traitement des déchets DASRI NCC Environnement